Toiture chaude ou froide : quelles différences faut-il retenir?

Au même titre qu’une toiture en pente, il est essentiel d’isoler correctement un toit plat. Cela le préserve non seulement des aléas climatiques. Une bonne isolation garantit également son étanchéité et évite les déperditions thermiques. Pour ce faire, on peut opter soit pour une toiture chaude, soit pour une toiture froide. Mais quelles différences subsistent entre ces deux techniques d’isolation de toiture plate ? Nous vous invitons à le découvrir dans les lignes qui suivent.

Toiture chaude : de quoi s’agit-il exactement ?

La toiture chaude est une technique d’isolation par l’extérieur. Concrètement, le matériau isolant est installé entre la bâche EPDM et le pare-vapeur. Ici, aucun espace d’air ventilé ne sera mis en place.

Lire également : Une application pour trouver rapidement un bien immobilier

En fin de compte, la toiture chaude correspond à un toit compact. Cette technique est adoptée pour isoler les toitures-terrasses accessibles. Sa réalisation permet en outre d’écarter les risques de condensation. Pour que sa mise en œuvre soit réussie, il est toutefois conseillé de la confier à un couvreur professionnel.

Qu’en est-il de la toiture froide ?

Ici encore, l’isolant sera installé en dessous du support d’étanchéité au même titre qu’une bâche EPDM pour toiture. Néanmoins, une toiture froide possède une lame d’air ventilée. Ce qui permet à l’air de circuler de l’extérieur vers l’intérieur au sein de ce système d’isolation.

En parallèle : Tout ce qu’il faut savoir pour bien choisir son serrurier

Malgré cela, un problème courant mérite d’être souligné. En effet, le support d’étanchéité est souvent plus froid que l’air ventilé. Ce qui rend plus difficile le maintien d’une ventilation convenable. Avec ce système d’isolation, la toiture plate peut donc être sujette à des problèmes de condensation et d’humidité. À long terme, cela entrainerait l’apparition des pourritures ainsi que sa dégradation.

Pour savoir quelle technique d’isolation convient le mieux à votre toit-terrasse, n’hésitez donc pas à solliciter les conseils d’un couvreur expérimenté.

Entre la toiture chaude et la toiture froide, laquelle choisir ?

Actuellement, la toiture froide gagne de moins en moins de terrain. Bien que sa mise en œuvre soit moins onéreuse, elle n’est pas toujours conseillée par les professionnels en travaux de toiture. Comme susmentionnée, la lame ventilée est généralement source de problèmes de condensation. Pourtant, la formation de cette vapeur d’eau peut affecter l’étanchéité du toit plat avec le temps.

Contrairement à cela, on ne risque pas de faire face à une telle problématique en optant pour une toiture chaude. Cette option est de ce fait plus intéressante. De surcroit, il est souvent difficile de mettre en place une isolation ventilée sur les toitures-terrasses. Ce qui fait alors de la toiture chaude un choix de prédilection.

En termes d’esthétique, ces deux types d’isolation offrent quasiment le même rendu. Ce critère ne doit pas ainsi influencer notre choix. Que l’on adopte une toiture chaude ou une toiture froide, la question d’étanchéité ne devra être négligée sous aucun prétexte. Pour que la couverture soit parfaitement étanche, il est vivement recommandé de confier les travaux à un couvreur.

En bref, la toiture chaude et la toiture froide sont des systèmes d’isolation que l’on peut mettre en œuvre sur les toits plats. Leur principale différence réside dans le fait que la toiture froide est dotée d’un espace ventilé. La présence de ce dernier est cependant souvent à l’origine de problème de condensation et d’humidité. Ce qui fait d’ailleurs de la toiture chaude la technique d’isolation prisée des experts du domaine

Recevez l’e-mail quotidien qui rend la lecture des nouvelles vraiment agréable. Inscrivez-vous à la newsletter et rester informé gratuitement.
© 2021 Tous droits réservés
-
Pubcheztom.fr
-
Mentions Légales
-
Contact