Bien comprendre le remboursement anticipé d’un prêt

Trouver le meilleur taux de rachat de crédit est l’une des premières préoccupations des particuliers qui recherchent à profiter de cette offre. Il s’agit même d’une étape essentielle dans les préparatifs pour ce genre de demande. Mais rassurez-vous ! Il n’est plus désormais difficile de trouver l’offre qui vous convient. De nos jours, vous pouvez passer par une comparaison d’offres gratuite sur les différentes plateformes disponibles en ligne.Rien de tel que de se libérer de ses dettes avant terme quand les ressources l’autorisent, surtout pour le crédit qui engendre déjà d’autres dépenses pour le carburant ou l’entretien par exemple. Le remboursement anticipé n’implique pas en théorie des pénalités à la limite de certains critères liés aux taux d’emprunt et au capital.

Avec ou sans frais ?

Les frais de remboursement par anticipation pour un prêt classique se présentent souvent sous forme de pénalités.Pour les crédits à la consommation, aucune pénalité n’est déboursée par l’emprunteur selon la loi qui a été mise en vigueur pour les contrats souscrits après le 2 janvier 1990.

Pour le crédit auto par exemple, l’emprunteur devra pourtant payer des indemnités à raison de 1 % du capital restant dû si la durée entre la date du remboursement par anticipation et l’échéance effective du prêt est supérieure à un an.Pour en savoir plus sur l’offre de credit auto Cetelem ou du CIC, vous pouvez vous rendre sur ce site http://www.creditvehicule.fr/credit-auto-cetelem/ .

Dans le cas contraire, l’indemnité ne représentera que 0,5 % du capital restant. Il faut savoir que s’acquitter de sa dette avant terme doit être un avantage pour l’emprunteur, sinon, il vaut mieux continuer de payer des mensualités.

C’est dans cette optique que la loi exige que les frais inhérents au remboursement anticipé ne doivent jamais être supérieurs aux intérêts liés au capital restant dû si le débiteur avait continué son contrat.

Il y a toutefois des cas où les indemnités ne sont pas appliquées notamment quand le débiteur jouit d’une autorisation de découvert. Il en est de même quand le crédit est renouvelable ou si l’anticipation de la restitution de la dette fait suite à une exécution de contrat d’assurance. Enfin, l’emprunteur ne paie aucune indemnité s’il rembourse dans une période au cours de laquelle le taux est variable.

Les démarches à suivre

Il faut savoir que la majorité des banques refusent l’anticipation du remboursement quand la moitié du prêt a déjà été réglée. Dans le cadre d’un prêt à taux variable, les organismes prêteurs peuvent imposer des dates limites pour le remboursement anticipé. C’est ainsi un détail à vérifier lors du choix de son prêt à la consommation.

Le rachat partiel est également opposable par l’établissement bancaire si son montant est inférieur ou égal à 3 fois la valeur contractuelle de l’échéance suivante. Les clauses concernant le remboursement total ou partiel sont stipulées dans le contrat et serviront également de critères de choix. Il en est de même pour l’anticipation du remboursement dans laquelle les organismes de crédit exigent des frais de résiliation pour un prêt supérieur à 21500 euros.

Dans le cadre du financement de l’achat d’un véhicule, la LOA ou Location avec Option d’Achat ne permet en aucun cas le remboursement anticipé, car elle fait payer des loyers et non pas des mensualités. L’anticipation dans ce genre de prêt voiture consiste à acheter directement le véhicule avant l’échéance de la location à l’issue de laquelle la vraie acquisition devrait en théorie être effectuée.

L’anticipation du remboursement d’un prêt est une opportunité à saisir, mais il faut juste vérifier les questions de frais et de possibilités stipulées dans le contrat. Il faut bien calculer si les frais de l’anticipation n’ont pas la même valeur que les intérêts imputés dans les mensualités pour le capital restant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *