Personnalisez votre mémoire technique en répondant aux exigences de l’acheteur !

Un mémoire technique détermine la valeur technique de l’offre. Il valorise les atouts d’une entreprise par rapport à ceux de ses concurrents. C’est l’élément principal qui influe sur la décision de l’acheteur. Il est considéré à peu près comme un article publicitaire de l’entreprise car non seulement il marque les différences mais il ajoute également les spécificités. On évalue même que 40% de la décision tient compte du prix et le reste dépend de ce qui est informé dans le mémoire technique. C’est la raison pour laquelle on l’appelle aussi mémoire justificatif ou mémoire explicatif.

Comment présenter un mémoire technique ?

Pour parler de la manière de présenter un mémoire technique, il y a lieu de préciser tout d’abord qu’on ne doit pas se référer à des anciens documents lorsqu’on rédige notre propre mémoire technique. Justement, ce genre de dossier doit être personnalisé en fonction des attentes de l’acheteur. Il s’agit donc de fournir une consultation unique qui répond aux exigences du client. De ce fait, il ne faut pas oublier que l’acheteur va encore l’analyser et va le comparer à d’autres mémoires techniques donc il y a lieu de le convaincre si on veut remporter le coup. Et pour se faire, trois grandes parties sont à prendre en compte : la première est la présentation de l’entreprise en général ; la seconde est le détail des modalités d’exécution des prestations ; et la dernière partie est l’explication des moyens humains et matériels qui permettent la mise en œuvre. Autrement dit, une meilleure réponse ne contient ni de copier/coller ni de textes standards ni d’erreurs qui peuvent décourager le client. La valeur du mémoire technique se jugera sur le fond et également sur la forme du document que le rédacteur présente à l’acheteur. Ainsi, la mise en évidence des qualités de l’entreprise ainsi que l’apparence du dossier comptent réellement.

Ne jamais faire des fausses déclarations dans un mémoire technique

Deux cas peuvent arriver : soit le mémoire technique respecte les l’ordre de priorité des pièces déterminer par le CCAP ou Cahier des Clause Administratives Particulières et va constituer un document contractuel ; soit le mémoire technique donne des informations à titre indicatif et forme un document non contractuel. Mais quoi qu’il en soit, il est très important de ne pas faire des fausses déclarations pour éviter toute pénalisation et pour ne pas rompre la confiance qui existe entre le prestataire et l’acheteur. Notons que quand l’acheteur ouvre les plis, il a l’obligation de vérifier la fiabilité et la véracité des informations. Par ailleurs, un mémoire technique type doit rester confidentiel, il ne doit pas être communiqué à d’autres personnes ou publier. Il est même couvert et protégé par le secret commercial et industriel. A titre d’exemple, un mémoire technique dans le bâtiment doit contenir : la description des matériaux et des fournitures utilisées ; les moyens humains dédiés au marché ; la méthodologie de construction ; la gestion de sécurité du chantier ; les mesures prises pour la protection de l’environnement ; le mode opératoire de réalisation des travaux ; le plan d’installation de chantier et enfin le planning prévisionnel avec ses détails.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *