Domiciliation d’entreprise : d’excellentes raisons d’opter pour le « coworking »

S’agissant de domiciliation, le coworking est une tendance qui connaît un franc succès sur le marché offshore. Le principe de « coworking » est simplement : quelques entreprises ou organisations, qui n’opèrent pas nécessairement et obligatoirement dans les mêmes secteurs d’activité, partagent en colocation un local de travail. Certes, ce n’est pas une solution de domiciliation qui plaît forcément à tout le monde, mais elle présente de multiples avantages notamment au niveau de la façon de motiver davantage ses salariés.

Aspect général d’un « coworking » en tant qu’alternative de domiciliation efficace

De prime à bord, il est important de préciser que le coworking concerne la mise en commun de l’accès à divers moyens (humains et matériaux) de travail à deux entreprises et plus au sein d’un espace de travail commun. L’échange et l’interaction inter-salariés, grâce au coworking, optimise assurément le développement de l’activité d’une entreprise tenant compte du fait que cela favorise les échanges d’idées et de performances.

Le coworking est également accessible sur un processus très simple en termes de domiciliation d’entreprise à Madagascar. Si l’on choisit ce type de domiciliation pour sa société, il suffit tout simplement de présélectionner et choisir une société de domiciliation et de signer un contrat de domiciliation sur la base de modalités et convenances conformément aux détails de l’entente entre les deux parties. A noter qu’une vraie société prestataire spécialisée dans la domiciliation d’entreprise possède un agrément issu des services de la préfecture locale.

Cependant, ce qu’il faut savoir sur le coworking, c’est qu’il s’agit d’un type de solution de domiciliation dont le contrat entre le domicilié  et domiciliataire exige un certain nombre de règles et de mentions obligatoires.

Conditions, règlementations et contrat de coworking

Portée absolue d’un service de coworking

Comme toute autre forme de domiciliation, le coworking doit formellement faire l’objet d’un contrat écrit entre les deux parties prenantes, à savoir le domicilié et le domiciliataire. Est définie dans ce contrat la durée de la collaboration de domiciliation d’une durée minimale de trois (3) mois renouvelable ou résiliable par l’un des principaux signataires.  La société de domiciliation qui propose un service de coworking doit soit avoir à sa disposition un contrat de bail commercial, soit être propriétaire d’une maison. Egalement, une société de domiciliation doit présenter une grande capacité infrastructurelle évidente à proposer aux décideurs un service de domiciliation complet avec tous les matériaux nécessaires, la main d’œuvre adaptée aux activités des sociétés domiciliées.

Qu’en sont-ils des détails concernant un contrat de coworking ?

Comme susmentionné, le contrat de coworking doit renfermer certaines mentions obligatoires. D’une manière générale, doivent figurer impérativement dans un contrat de domiciliation de type coworking :

  • Les détails concernant l’identité des deux parties signataires ;
  • Une mention détaillée de toutes les prestations qui seront fournies par la société domiciliataire ;
  • Les coûts et modalités de rétribution de ces coûts relatifs aux prestations convenues entre la société domiciliée et celle domiciliataire ;
  • Les obligations respectives de chacune des parties ;
  • La durée du contrat et de la domiciliation.

Le service de coworking et les coûts engendrés par ce types de domiciliation

Il n’existe aucun chiffre ni aucun montant universel définissant les coûts relatifs à un service de coworking. Ceci dépend entièrement des négociations faites par les deux parties concernées. D’ailleurs, les coûts liés aux prestations de domiciliation peuvent faire l’objet d’un large éventail de système tarifaire. En effet, cela peut être trimestriel, bimestriel, mensuel, hebdomadaire et même journalier dans certains cas. Il est seulement question de ponctualité et de régularité en termes de facturation. Quoi qu’il en soit, la domiciliation est réputée pour être une alternative assurément économique en termes de création d’entreprise et notamment offshore.