Immobilier : Mini-guide pour bien investir à Malte

Malte est une île à mille merveilles où de nombreux touristes se rendent chaque année pour participer à leurs activités sportives favorites et contempler des paysages sous-marins à couper le souffle.

Mais il s’agit également d’une destination préférée des investisseurs. Le territoire maltais offre de nombreux avantages, histoire d’inciter les entrepreneurs à y démarrer leurs activités.

Les étapes obligatoires pour bien démarrer son activité

Taux de charges minimum et avantages fiscaux sont autant d’avantages proposés à tous les investisseurs à malte. Ils bénéficieront également d’une proximité avec les capitales de l’Europe.

Les investisseurs à Malte profitent encore des procédures facilitées liées à la création entrepreneuriale. Mais pour booster ses chances de réussir, un entrepreneur doit respecter les étapes essentielles.

Dans la phase de la préparation du projet, il réalise le business plan, détermine la forme juridique de la société, procède à l’étude du marché… C’est également l’étape idéale pour la recherche du financement à Malte ou ailleurs.

Un investissement réussi à Malte repose aussi sur la concrétisation du projet. Dans tous les quartiers de l’île, l’investisseur doit trouver des locaux. Mais il ne doit pas non plus négliger l’étape de la recherche de partenaires et de main d’œuvre compétente.

Les IDE sont un élément moteur de la multinationalisation des entreprises et recouvrent aussi bien les créations de filiales à l’étranger que les fusions-acquisitions transfrontières ou les autres relations financières, notamment les prêts et emprunts intra-groupes.

Deux motivations principales sont à l’origine des IDE : d’une part, la réduction des coûts : exploitation à distance de ressources naturelles coûteuses, voire impossibles, à transporter ; utilisation d’une main-d’œuvre moins onéreuse, d’où la crainte que les IDE puissent participer au mouvement de délocalisation ; optimisation fiscale. D’autre part, la conquête de nouveaux marchés, difficiles à pénétrer par les seules exportations.

Il ne reste plus qu’à bien démarrer son activité en veillant à la bonne gestion de son entreprise installée dans le territoire maltais.

Se préparer sur le côté budget

Qu’il investit dans son propre territoire ou à Malte, un investisseur étranger doit se préparer sur le côté budget pour bien démarrer son activité.

Outre les fonds nécessaires pour la création de l’entreprise à Malte, il doit aussi régler les frais des services propres à la création entrepreneuriale dans l’île.

L’investisseur doit payer les frais liés à la réservation du nom et de statuts, enregistrement de l’entreprise… Il a aussi besoin d’un professionnel qui l’accompagnera dans l’ouverture d’un compte bancaire.

C’est la loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 qui définit, le 22 décembre 2014, l’obligation de compte bancaire dédié pour les entrepreneurs.

Depuis le 1er janvier 2015 :

“Le travailleur indépendant qui a opté pour l’application de l’article L. 133-6-8 du présent code est tenu de dédier un compte ouvert dans un des établissements mentionnés à l’article L. 123-24 du code de commerce à l’exercice de l’ensemble des transactions financières liées à son activité professionnelle.”

Il ne faut pas confondre compte bancaire dédié à votre activité auto-entrepreneur et compte professionnel ! L’appellation “compte professionnel” est avant tout commercial. Pour les auto-entrepreneurs, aucune obligation à souscrire à un compte pro ! L’important est le principe de la séparation des comptes, mais vous pouvez tout à fait ouvrir un compte “particulier”.

Bien sûr, un nouveau-venu dans le territoire doit recourir à un Maltais pour gagner du temps lors des enregistrements du numéro ETC, numéro de TVA, numéro fiscal, registre Fatca…

Un entrepreneur qui a du mal à trouver des statuts en ligne pourrait également avoir besoin de l’assistance d’un avocat d’affaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *