Bracelet montre : choisir métal ou cuir


Notice: Undefined index: Découvrez comment choisir une perruque in /home/white4/addon/pubcheztom.fr/wp-content/plugins/weto-related/weto-related.php on line 133

Le poignet compte, alors ne les appelez jamais bracelets de montre : s’ils sont en métal ce sont des bracelets et cachent des techniques complexes, quand ils sont de qualité. Et s’ils sont en titane, ils peuvent être de véritables chefs-d’œuvre.

Le bracelet ou le bracelet des montres est souvent interchangeable. Cela nous permet de donner une nouvelle vie aux montres portées et vintage. De plus, le changement de bracelet donne la possibilité d’utiliser les montres même dans des vêtements différents. Vous pouvez choisir d’associer un bracelet cuir pour avoir une montre plus sophistiquée et de le changer avec un bracelet montre acier pour un modèle au style casual. Et si vous souhaitez avoir un modèle plus sportif, vous pouvez toujours opter pour un bracelet.

Avez-vous vu cela : Découvrez comment choisir une perruque

Bracelet de montre : comment choisir la taille de bracelet de montre idéale

Pour choisir la taille du bracelet, vous devez utiliser un tableau spécifique inséré sur le côté, qui vous permettra de savoir quelle est la bonne longueur pour votre poignet.

A lire aussi : Découvrez comment choisir une perruque

De plus, pour adapter le bracelet à la montre, vous devez toujours faire très attention à la taille des cornes du boîtier, de cette façon il pourra s’emboîter au mieux.

Bracelet montre : choisir métal ou cuir ?

Que ce soit au bord de la mer ou au bord de la piscine, il convient de préférer une montre fossil homme aux bracelets en métal, idéales également en cas de transpiration abondante due à une activité physique intense ou à des conditions climatiques pas exactement optimales. Il est également conseillé qu’ils soient fermés par un clip de sécurité pour éviter toute libération accidentelle et qu’en cas d’utilisation par-dessus la combinaison, ils soient équipés d’une extension, généralement repliée sous la fermeture, pour une extension immédiate.

Dans le choix de la fermeture, il ne faut donc pas sous-estimer la robustesse des matériaux et la haute qualité de la finition qui exclut la présence d’arêtes vives ou de pièces coupantes. Lors du choix du type de fermeture, le mieux est d’essayer la montre à votre poignet et de vérifier si l’ouverture et la fermeture sont faciles.

Enfin, il est bon que le bracelet soit maintenu un peu large, c’est-à-dire avec juste assez d’espace pour insérer un doigt : cela sert à compenser les variations de diamètre du poignet qui en été peuvent être rapides et conséquentes. Au contraire, garder le bracelet trop large pourrait augmenter la probabilité de se coincer dans d’éventuels obstacles et de plus cela risquerait d’endommager, à la longue, les mouvements mécaniques, surtout s’ils sont à remontage automatique.

Le geste caractéristique du poignet avec lequel on change la position de la montre correspond en effet à un choc de taille moyenne, qui peut affecter l’axe du rotor de remontoir et qui de toute façon n’est jamais très bien accueilli par les éléments les plus délicats d’une montre mouvement mécanique, y compris l’axe du culbuteur.

Les bracelets en cuir sont plus élégants et doivent être associés à des garde-temps plus classiques, même si le modèle Racing s’accorde bien avec un chronographe.

Ces types de bracelets ont tendance à s’user plus facilement avec le temps que les modèles en acier, mais ont un coût moindre et s’adaptent mieux au poignet grâce à un ajustement plus large.

Bracelet de montre : caractéristiques et curiosités

Le bracelet est composé de deux bandes de cuir, mais aussi de caoutchouc ou de silicone. Lorsqu’il est en métal ou en céramique hi-tech, c’est un bracelet. Lors de sa création, la phase la plus difficile a été l’invention d’un système de fermeture qui remplaçait la boucle ardillon classique, c’est-à-dire celle des ceintures, par la “dent” centrale (mais le terme technique est ardillon, en fait).

L’horlogerie reconnaît à Cartier la paternité de la boucle déployante, qui se décline alors en une infinité de variantes : l’ouverture du bracelet augmente la circonférence, permettant d’y insérer la main. Puis il se replie sur lui-même pour se refermer.

Aujourd’hui, il est possible de produire des fermetures pliantes de bonne qualité à des prix raisonnables, mais les meilleures – celles qui parviennent à contenir des extensions et des systèmes de raccourcissement / allongement automatiques – sont de petits chefs-d’œuvre d’ingénierie ergonomique et ont des prix faramineux.

Le titane, métal non rare mais très difficile à travailler (les poudres s’oxydent si puissamment qu’elles s’enflamment), était réservé à des usages militaires. Ce n’est que dans les années 1960 que son utilisation a été libéralisée.

Laisser un commentaire