Uber prévoit le 1er bénéfice ajusté de son histoire avec une reprise de course – Business – info

Ce mardi (21), les actions d’Uber Technologies ont enregistré une hausse de plus de 12% à la Bourse de New York. Un tel mouvement entre investisseurs a une raison : la société a annoncé que, plus tôt que prévu, elle devrait enregistrer son premier bénéfice ajusté trimestriel (essentiellement, le montant qui « reste » lorsque les réserves financières légales et de prévoyance sont actualisées).

A lire également : Amnesty International accuse le gouvernement de démanteler les pratiques environnementales

Uber sur le téléphone portable (image : Divulgation/Uber)

D’un point de vue financier, Uber vient déjà d’un bon moment. N’oubliez pas qu’au deuxième trimestre 2021, la société a enregistré un bénéfice de 1,1 milliard de dollars.

A lire aussi : Peut-on rouler en sécurité avec une jante fissurée?

Il est vrai qu’en retour, la société a obtenu un EBITDA négatif (résultat avant amortissement, amortissement, impôts et intérêts) de 509 millions de dollars au cours de la même période. Malgré cela, Uber avait exprimé à l’époque de grandes attentes d’obtenir une rentabilité de l’EBITDA ajusté d’ici la fin de 2021.

L’optimisme a été maintenu. Ce mardi (21), Uber a déclaré qu’elle s’attendait à terminer son troisième trimestre avec un BAIIA ajusté entre une perte de 25 millions de dollars et un bénéfice de 25 millions de dollars.

En d’autres termes, si la prévision est confirmée, l’entreprise peut décliner une perte, mais ce chiffre ne dépassera pas 25 millions de dollars. Dans l’estimation précédente, la société prévoyait un résultat négatif pouvant atteindre 100 millions de dollars.

À l’autre bout, Uber peut enregistrer un bénéfice pouvant atteindre 25 millions de dollars. Ce montant n’est pas très élevé si l’on considère la taille de l’entreprise, mais ce montant représentera le premier bénéfice ajusté d’Uber.

Les attentes sont également élevées pour le quatrième trimestre 2021. Pour cette période, Uber s’attend à enregistrer un BAIIA ajusté pouvant atteindre 100 millions de dollars, bien qu’il souligne que cette prévision est moins fiable.

Pour en revenir au troisième trimestre, Uber a également déclaré qu’elle s’attendait à enregistrer des réserves brutes entre 22,8 milliards de dollars et 23,2 milliards de dollars par rapport à la fourchette de 22 à 24 milliards de dollars par rapport aux prévisions précédentes.

Dara Khosrowshahi, PDG de la société, suggère que des orientations favorables sont l’effet des efforts d’Uber pour se remettre des conséquences de la pandémie, qui a entraîné une baisse du nombre de voyages dans diverses parties du monde. Aujourd’hui, la demande de voyages enregistre une reprise dans pratiquement tous les marchés.

Ce que nous avons fait, c’est d’identifier très tôt notre besoin d’amener davantage de pilotes sur la plateforme. Au deuxième semestre, nous avons donc suivi cette voie, surtout aux États-Unis. (…) Nous constatons les avantages de cet investissement initial au troisième trimestre.

Dara Khosrowshahi, PDG d’Uber

Au Brésil, les chauffeurs se plaignent de voyages qui ne compensent pas

La météo peut être favorable aux actionnaires d’Uber, mais le même optimisme n’est pas remarqué par itos se plaignent de la difficulté d’obtenir des courses dès les premières tentatives.

C’est la conséquence d’un autre problème : les chauffeurs Uber signalent que les coûts de conduite sont élevés et, par conséquent, priorisent les trajets qu’ils jugent rentables. La situation ne pouvait en être une autre : un grand nombre d’utilisateurs font face à un long délai d’attente pour obtenir une voiture.

Le prix élevé du carburant est la principale difficulté signalée par les conducteurs, mais pas la seule. Les courses promotionnelles (telles que UberX Promo) et l’insécurité font partie des autres facteurs signalés.